SCEA Changy-Dambas


    Changy-Dambas

    Le temple de Changy, lieu de culte hindouiste le plus important de l’île, il se dresse à l’orée de l’exploitation.

    Changy-Dambas

    Cendre de bagasse de la centrale bagasse - charbon du Moule destinée à l’amendement.

    Changy-Dambas

    Déjà, les premiers résultats

    Changy-Dambas

    d’une autre approche apparaissent

Dénomination SCEA CHANGY
Situation Changy - 97130 Capesterre-Belle-Eau
SIRET 329 222 657 00028 APE 011F
Superficie foncière 86 Ha
Superficie cultivée 70 Ha

    Petit historique

    Jusqu’en 1971, la plupart des terres cultivées de Capesterre-Belle-Eau appartenaient à la Compagnie Sucrière. Les cannes récoltées de Goyave aux Mineurs St Sauveur, étaient traitées à l’usine de Marquisat. A la fin de cette période, cette société a cédé ces terres qui ont été réparties entre divers propriétaires. Changy s’est retrouvée dans la SCEFA dirigée par Max Martin, et qui comprenait aussi les exploitations de Grand Rivière, Sainte-Claire et Moulin à Eau.
    Suite à des difficultés financières rencontrées, des troubles sociaux ont éclaté et Max Martin a été assassiné.
    Changy a été acquise en 1982 par Francis Lignières puis revendue pour sa majeure partie en 2005 à Tino DAMBAS.
    Le rendement lors de l’acquisition était de 30 tonnes/ha. La gestion actuelle laisse espérer un rendement de 50 tonnes/ha en 2006.


L’encadrement sur l’exploitation

Tino Dambas recrute des cadres présentant toutes les garanties d’une gestion de qualité au quotidien (voir aussi exploitation de Trois-Rivières)

Mme Mariline Beaucal distribue les tâches aux salariés et assure la fonction du responsable du hangar.


Revenons sur l’évolution qui s’est faite au cours des années en observant ces photos prises depuis la prise en charge de l’exploitation par Monsieur DAMBAS


    Changy-Dambas

    Entreé du hangar

    Changy-Dambas

    Vaste hangar

    Changy-Dambas

    Le hangar vu de l'extérieur

    Changy-Dambas

    Retenue d'eau paermettant l’irrigation des parcelles

Le double hangar de grande capacité possédait les équipements de base, locaux et matériels nécessaires à une exploitation soucieuse d’améliorer tout ce qui contribuera à la rendre encore plus compétitive.
De grands travaux sont en cours pour sa restructuration totale ainsi que celle de tout le site.


    Changy-Dambas

    L’eau de la retenue relayée en période de sécheresse par l’eau agricole,

    Changy-Dambas

    dispense sa source de vie

    Changy-Dambas

    Toute la propriété en est desservie

    Changy-Dambas

    L’un des pylônes du “cable-way”au cœur de la propriété

Une retenue d’eau créant un petit lac, permettait d’alimenter le système d’arrosage par aspersion, contribuant ainsi à améliorer la production des bananes récoltées et de sauver les produits de tant d’efforts, en cas de sécheresse. Toute la propriété bénéficie de cet arrosage programmé.
La qualité des fruits, critère important pour l’image de marque de la production des Antilles françaises, est aussi améliorée par le transport des régimes depuis la coupe jusqu’au hangar, par deux “cables-way” qui desservent eux aussi toutes les parcelles de culture.
La mise en service de nouvelles remorques écartera, provisoirement ou définitivement, l’usage des “cables-way”.

Aujourd’hui, le système “cable-way” a été écarté mais il est intéressant de savoir
qu’il a existé et du rôle qu’il a joué...



Aujourd’hui jeudi, le double hangar parait trop grand et pourtant une activité calme et réfléchie occupe chacun. Les postes de travail traditionnels sont réactivés depuis le début de la matinée.



Ci-dessous, photos d’une petite visite en ce mois d’octobre 2006. Cliquez sur les photos que vous souhaitez agrandir.
Ici aussi, comme sur les autres exploitations, tout est progressivement mis en œuvre pour allier rendement, qualité et bonnes conditions de travail... et en 2011 sont apparues les tenues de travail aux couleurs de notre banane !
Les difficultés ne manquent pas; les conditions climatiques laissent peser une incertitude permanente à celle des décisions de Bruxelles. Ici comme partout ailleurs, la terre demande une rotation des cultures pour repartir vaillamment vers des productions saines et performantes.
Alors, comme sur ses autres exploitations, Tino DAMBAS y apporte ce qui lui a régulièrement réussi.


Accès aux parcelles par une voie en béton



    Cette voie à l’élaboration de laquelle chacun participe avec entrain, va faciliter la tâche de tous, l’accès aux parcelles en préservant la qualité des fruits. Pas de boue par temps de pluie et pas de poussière pour les riverains par temps sec.



Ce matin, 9 mai 2007, les nouvelles remorques de France Mécanika ont été mises en service et très vite les nouveaux gestes, les nouveaux réflexes se sont mis en place. Moins d’efforts pour le chargement et surtout le déchargement des régimes, toujours dans le souci d’améliorer à la fois la production et les conditions de travail. De plus, le hangar s’est doté de nouveaux bacs, plus fonctionnels, plus nombreux au total, plus lumineux, ce qui a aussi son importance...



    En ce matin d’avril 2008, les ouvriers sont à leurs postes de travail. Aujourd’hui est jour de récolte et d’emballage.
    Découvrons quelques photos qui illustrent cette activité laborieuse qui se poursuit dans une ambiance sereine de travail.


    Photos prises lors de visites éclair fin septembre 2009, en août 2011 et en janvier 2012.

    Cliquez sur ce lien pour ouvrir la page La profession bananière de demain.